L’Amant de Marguerite Duras

Marguerite Duras n’est alors qu’unne lycéenne, en robe de soie, avec des souliers lamés or et coifée d’un feutre d’homme. Elle vit dans la moiteur torride de Saïgon, entre une mère neurasthénique, un jeune frère fragile, un frère plus âgé qui ne songe qu’à faire le mal. Un jour, un riche Chinois, avec une belle limousine noire, l’aborde. De cette fillette, il va faire une femme, il l’aime à la folie, tremblé d’amour, toujours « à la merci d’une insulte ». Elle le désire. Dans un studio de Cholen, ils vivent leur amour voluptueux derrière des persiennes closes.

Tout les sépare et aucun avenir commun ne leur est destiné. Le Chinois est condanné à épouser une femme de son sang, à plier sous le joug paternel ; la jeune fille rêve d’être écrivain et va partir pour la France… Du souvenir de ce premier amour, Marguerite Duras a écrit un livre admirable, tout de concision (111 pages) et de sensibilité, de nostalgie âpre et de volupté. L’Amant a reçu le Prix Goncourt 1984 et a été porté à l’écran par Jean-Jacques Annaud.

Voilà le morceaux le plus joli pour moi :

« Des annés après la guerre, après les mariages, les enfants, les divorces, les livres, il était venu à Paris avec sa femme. Il lui avait téléphoné. C’est moi. Elle l’avait reconnu dès la voix. Il avait dit : je voulais simplement entendre votre voix. Elle avait dit : c’est moi, bonjour. Il était intimidé, il avait peur comme avant. Sa voix tremblait tout à coup. Et avec le tremblement, tout à coup, elle avait retrouvé l’accent de la Chine. Il savait qu’elle avait commencé à écrire des livres, il l’avait su par la mére qu’il avait revue à Saigon. Et aussi pour le petit frère, qu’il avait été triste pour elle. Et puis il n’avait plus su quoi dire. Et puis il le lui avait dit . Il lui avait dit que c’était comme avant, qu’il l’amait encore, qu’il ne pourrait jamais cesser de l’aimer, qu’il l’amarait jusqu’à sa mort. »

Marguerite Duras ( Marguerite Donnadieu) est née en 1914 en Indochine où elle reste jusquà lâge de dix-huit ans…Aprés ses études (mathematiques spéciales, licence de droit, sciences politiques), elle sera secrétaire au ministère des Colonies, de 1935 à 1941. Elle entrera dans la Résistence et s’inscrira au Parti communiste en 1945, dont elle sera esclue dix ans plus tard. Marguerite Duras publie son premier roman, Les Impudents, en 1943. C’est le début d’une oeuvre de fiction importante avec des romans comme : Le Vice Consul, L’Amante anglaise, La Douleur, La Pluie d’ét, etc. Après avoir travaillée comme scénariste et dialoguiste pour le cinéma ( Hiroshima, mon amour), Marguerite Duras va réaliser ses propres films ( La Femme du Gange, India Song, etc.) Elle s’est, par ailleurs, consacrée au théâtre avec des pièces comme : Les Viaducs de la Seine-et-Oise, Des jounées entières dans les arbres, L’Amante anglaise ( Prix Ibsen 1970), etc.

Tags:

6 Comentarios para “L’Amant de Marguerite Duras”

  1. Wow this is a great resource.. I’m enjoying it.. good article

  2. Finally, an issue that I am passionate about. I have looked for information of this caliber for the last several hours. Your site is greatly appreciated.

  3. It’s not that I want to duplicate your internet site, but I really like the design. Could you tell me which theme are you using? Or was it tailor made?

  4. First time: thank you for visited my Blog. I payed to somebody to do that tailor maide and I use Word Express. I Hope that you help you!

  5. What a great resource!

  6. J’aime vraiment votre article. J’ai essaye de trouver de nombreux en ligne et trouver le v?tre pour être la meilleure de toutes.

    Mon francais n’est pas tres bon, je suis de l’Allemagne.

    Mon blog:
    Meilleur taux et forum rachat de credit